L

e

 

c

o

i

n

 

d

e

s

 

b

â

t

i

s

s

e

u

r

s

La Divine écluse

Une merveille de la technologie naine

Décor de campagne D&D

[ Retour au choix ]

 

 

C'était le soir de la veillée du Poisson-lune, et j'avais tous mes petits neveux autour de moi. Comme il est de tradition, je leur narrais par le détailles aventures périlleuses de Kroc et Krikork au pays des Cyclopes bicéphales, et autres merveilles. Mais bientôt, je sentis leur intérêt faiblir et leur en demandai la raison. « One' Fwouinn », me dirent-ils, « pourquoi toujours nous parler de contrées lointaines et de monstres improbables? N'y-a-t'il donc pas d'extraordinaires choses dans les alentours de notre bonne ville de Laelith ?"

Ils avaient raison bien sûr, puisqu'ils étaient mes neveux. Et c'est ainsi que ie leur lus ce vénérable manuscrit:

 

"Or donc, mon ancêtre Galianthril, victime du démon de midi, succomba aux charmes délicieux d'une jeune prêtresse naine qui officiait au temple du Crâne et qui avait fait voeu de chasteté. L'affaire n'était pas bénigne, car en ce temps-là les autorités religieuses de Laelith ne badinaient pas avec les "bagatelles hérétiques". Heureusement, que les poils de la barbe du Roi sous la Montagne en soient loués, le Roi-Dieu accepta d'intervenir afin que le jugement de cette affaire ne se déroule pas devant le tribunal du Crâne, mais dans l'enceinte de la Cour Commune. La sentence fut promptement rendue, et mon aïeul se vit infliger une peine surprenante puisqu'il fut condamné à travailler gratuitement pour la Cité sainte pendant 13 années. Galianthril, il faut bien l'avouer, n'avait qu'un goût modéré pour le balayage des échelles et la récupération d'ordures. En conséquence, il proposa à ses juges de tenter de réaliser un projet qui lui tenait secrètement à cœur depuis sa prime enfance, du temps où il n'était pas encore assez fort pour soulever le marteau de guerre de son père. Il voulait... construire une écluse qui relierait Altalith au lac des Hautes-Eaux ! Et les juges acceptèrent...
Ayant récupéré tous ses outils, il fit bientôt route vers l'extrémité orientale d'Altalith, sous les quolibets de ceux qui ne voyaient en lui qu'un "pauvre fou de nain illuminé". Arrivé au terme de ce voyage il commença par élaborer des plans détaillés. Dès le départ, son intention était de fabriquer une grue monumentale, actionnée par l'eau de la cascade provoquée par la dénivellation entre les deux lacs, et ses croquis furent vite achevés.
Il passa alors à la réalisation de l'engin et pendant quatre ans il coupa des arbres dans la montagne à l'aide de sa vieille hache ébréchée avant de les acheminer à dos d'ookhabs jusqu'au site qu'il avait choisi. Au bout du quatre années, il passa à la construction proprement dite avec une énergie frénétique. Mais en trois nouvelles années de terrible labeur, il ne parvint qu'à édifier les toutes premières fondations de son ouvrage.
C'est alors qu'il constata la vanité de son travail : pour terminer son écluse, il lui faudrait bien plus de 13 années. Il sombra alors dans le désespoir le plus noir...

 

Mais, le destin joua en sa faveur. Au fil des ans, les rires des détracteurs de Galianthril s'étaient peu à peu étouffés. La détermination du vieux nain avait provoqué le respect des médisants, et quand il fut connu qu'il allait abandonner son projet, les communautés naines de la région décidèrent de lui venir en aide. Elles envoyèrent de jeunes apprentis, afin qu'ils apprennent les techniques secrètes des charpentiers nains au contact de mon ancêtre, tout en participant à l'édification de son écluse. Emu par tant de gentillesse, Galianthril reprit aussitôt le travail, non sans avoir préalablement remercié les dieux nains de leur compassion. La "Divine Ecluse" (nom choisi pour célébrer l'aide "divine" qu'il avait reçue) fut inaugurée 13 ans, jour pour jour, après sa condamnation. La cérémonie se déroula en présence du Roi-Dieu qui fut

tellement impressionné par la qualité et l'ampleur du travail accompli, qu'il octroya à Galianthril et à sa famille, une concession héréditaire d'exploitation de l'écluse. C'est pourquoi aujourd'hui, je suis à la tête de ce prodigieux ouvrage, dont je dois assurer le fonctionnement et l'entretien. J'ai à mon service trois de mes fils, ma femme et cinq cousins, dont deux germains. Nous travaillons jour et nuit pour que le lac des Hautes-Eaux ne soit plus isolé de la Ville sainte, et je peux vous jurer que ce n'est pas un mince travail ! Et si nous demandons quelques pièces d'or en échange des services que nous rendons (NdT : on ose à peine imaginer la fortune que les exploitants ont dû accumuler au cours des siècles), ce n'est que justice !... "
Transcription des "Conversations avec Goldar, Seigneur nain de la Divine Ecluse" par Ulbehir Moldevar.

 

Fureur et catastrophes
... 0 toi, Eshir, Dieu des Vaguelettes, fait  que la course des voiliers soit fructueuse aujourd'hui ! 0 toi, Siaghann, Dieu du Vent du Nord, pousse les esquifs à bon port, épargne leur ta colère et n'embrume pas l'esprit des hommes ! Quand tu souffles sur Altalith, il t'arrive de déchaîner les passions, mais je sais que tes terribles tempêtes ne sont que des épreuves destinées à éprouver la foi des croyants. Car c'est toi qui apporte les navires chargés des bienfaits de l'occident. C'est toi aussi qui ‘ron en rêvant d'un sort meilleur. Et toi Altalith, grand lac divin, essaye. encore aujourd'hui de retenir ta fureur ! Je t'en supplie, ne déborde pas! Tes crues nous sont douloureuses, quand elles moissonnent les vies des simples de la Chaussée du Lac ...
Invocation quotidienne de Xeniphys, Grand Prêtre du Poisson d'Argent.

Faune et flore

... Il est sidérant de constater combien innombrables sont les espèces aquatiques qui peuplent Altalith. La Mouche des Eaux est l'une des plus petites, mais aussi l'une des plus redoutables! Sa morsure, bénigne d'apparence, provoque chez ses victimes une tuméfaction des tissus absolument étonnante à observer. Le sujet devient gris-bleu et double de volume, avant de virer au rouge vif. C'est à ce moment, en général, que se produisent les premières lésions internes qui provoquent rapidement un décès miséricordieux. Quelques heures plus fard, le cadavre, qui a encore enflé, se fissure par endroits et finit par exploser littéralement, éclaboussant tout ce qui se trouve dans un rayon d'une dizaine de pas! Il existe quelques remèdes à ce fléau -heureusement rare- mais ils coûtent cher et ne sont efficaces que s'ils sont administrés dans les plus brefs délais. Vous comprendrez donc que je considère les Hommes-Crabes et autres Poissons-Dragons qui peuplent le lac, comme des nuisances mineures. Mais, il faut aussi être juste. Il existe de nombreuses espèces utiles à l'homme. Ainsi, le ledropus, ce petit poisson argenté à la chair parfumée dont nos pêcheurs ramènent de pleins filets. Ou encore le Saltamar, sorte de dauphin d'eau douce, qui a déjà sauvé la vie de bien des marins malchanceux.

La flore aquatique est également remarquable. Si l'on excepte les inévitables Kelpies, on trouve d'innombrables sortes d'algues dans les eaux d'Altalith. Parmi les plus remarquables, citons l'Adreas qui agrémente les repas de toutes les auber-ges de Laelith, l'Ostrun dont on tire des potions souveraines contre la sénilité, la Natrud qui fournit les meilleures compresses contre la gangrène. Et puis, il ne faut pas oublier l'Assilapiase, une sorte de jonc qui pousse tout autour d'Altalith, utilisé pour la confection des parchemins les plus beaux que le monde ait jamais connu. Le présent ouvrage est d'ailleurs. certainement fait d'Assilapiase tressé ...
Extrait de la préface de "Eaux riches et prodigues" par Saint Mokard, médecin attitré du Roi-Dieu.

 


LAC ET SOCIETES

Tragédie utruz
... Nous venons de loin, petits nageurs. D'au delà des montagnes et des mers, d'au delà même des mémoires. Nos ancêtres furent capturés dans les eaux vives et salées d'un océan qui n'existe plus. Nous fûmes soumis en esclavage par des sorciers "faces-lisses" qui adoraient le grand Dieu Poisson qui dort dans le giron de l'univers. Ils nous ammenèrent dans des grands tonneaux de bois remplis d'eau saumâtre, jusqu'à la ville qu'ils appelaient Tanith-Lenath. Là, nous vécument longtemps dans les puits obscurs des égouts, jusqu'à ce que les Grands Anciens entendent nos suppliques et provoquent le Châtiment. Quand beaucoup de "faces-lisses" eurent succombé, le Dieu Poisson décida de nous accorder un fief et il fit couler les rivières qui donnèrent naissance aux Grandes Eaux d'Altalith. Nous avons beaucoup souffert pour adapter nos branchies à l'eau insipide des montagnes. Mais nous avons lutté, petits nageurs. Oh oui, nous avons lutté ... Après bien des décennies, nous avons édifié une capitale, au plus profond des Grandes Eaux. Le bonheur était grand en ces temps révolus, grand et beau comme le
rêve qui ne dure que le temps d'une nuit paisible'. Un jour, un de nos prêtres refusa de donner une jeune "face-lisse" en sacrifice au Dieu Poisson. Il croyait l'aimer. Il lui redonna la vie qu'elle avait perdue en s'enfonçant sous l'eau bienfaitrice, et la renvoya à Laelith. C'est alors que notre race commença à dépérir. Nos ouies s'atrophièrent et il nous fut de plus en plus pénible de rester longtemps sous les eaux. Quand il ne resta plus que quelques familles dans la capitale dévastée, nous décidâmes de la quitter à tout jamais, sans espoir de retour. Car nous espérions que le Dieu Poisson nous prendrait dans sa miséricorde. Mais le mal était fait, nous sommes damnés, petits nageurs. Nous sommes les derniers ..

Discours du sage utruz Labiihn aux petits de sa race.

Les hommes autour du lac
... Quand j'arrive en vue du port de Laelith, je sais que ma fortune est faite. Car cela signifie que j'ai pu visiter les nombreuses villes côtières et que j'ai
survécu aux colères du Saghiann. Les cales de ma galère regorgent donc de denrées que je pourrai vendre à prix d'or au Grand Marché. Mais, comme tous les
négociants qui arpentent le lac en tous sens, je ne sais jamais si j'arriverai à bon port avant de voir la côte.
Les ports d'Altalith sont aussi variés que les fleurs du jardin du Roi-Dieu. Coraz, sur la côte nord, est une bourgade coincée dans une vallée encaissée difficile
d'accès par voie terrestre. Elle est peuplée d'aimables barbares qui se sont piqués de faire du commerce, sans avoir pour autant oublié leurs origines. Pour eux, une fois qu'un marchandage est commencé, la vente doit se conclure, sinon leur interlocuteur ("l'escroc", comme ils disent...) est mis à mort. Il faut donc déployer des trésors de diplomatie pour négocier les tarifs.
Bental, sur la côte méridionale, est une petite cité aux tours élancées, peuplée des hérétiques rejetés de la ville sainte. Ils se sont spécialisé dans les étoffes depuis des années' et produisent des tartans de toute beauté. L'ennui, c'est que Bental est aussi surnommée "la Cité qui Vole", non pas qu'elle soit capable de s'élever au dessus du bourbier terrestre, mais elle abrite quantités de voleurs qui ne reculent devant rien pour délester un honnête négociant quand il n'est pas suffisamment escorté.
Aziliane, la capitale du grand duché du même nom, située plus à l'est, offre par contre le spectacle d'une agglomération paisible, où il est possible de déguster les mets les plus fins. Malheureusement, elle est dotée d'un système de taxes iniques qui peut vous ruiner en une nuit, si vous 1 n'observez pas à la lettre sa législation.. .
Journal 'de bord d'un négociant, retrouvé dans une barque vide qui dérivait sur 18 lac.
 


PRÉSENTATION

A la jonction des deux lacs de Laelith se trouve une des fiertés de la technologie naine: la divine écluse. Cet ouvrage imposant permet aux embarcations de taille modeste de franchir les 110 mètres de dénivelés séparant le lac d'Altalith et le lac des Hautes-Eaux. Située entre le matriarcat d'Olizya et les jardins de Jadhys, la divine écluse est une enclave régit directement par la cité de Laelith.

Lorsque l'on arrive à proximité de l'écluse, la première chose que l'on perçoit est le bruit assourdissant des eaux qui se déversent le long d'une impressionnante falaise. La vue de cette gigantesque cascade fait ensuite prendre pleinement conscience de la différence de niveau entre les deux lacs.

RÉFÉRENCES

A titre de comparaison, les chutes Victoria tombent également d'environ 110 mètres de haut. Celles du Niagara ne font "que" 50 mètres.

Heureusement un deuxième miracle se produisit. Au fur et à mesure des années, les railleries s'étaient tues, faisant place au respect devant l'opiniâtreté du nain, les gens étaient maintenant attristés de savoir que le nain allait renoncer à son projet. Les nains des colonies de Vorn décidèrent alors d'envoyer nombre de jeunes nains auprès de Galianthrill, afin qu'ils apprennent les techniques ancestrales des charpentiers nains. Devant cette aide miraculeuse, le charpentier repris courage, redoubla d'effort, et finit par terminer l'écluse à temps. 13 ans jour pour jour après l'annonce de la sentence, tout le beau monde de Laelith vint inaugurer l'écluse. Le Roi-Dieu fut véritablement impressionné par les travaux des nains, et confia l'exploitation de l'ouvrage à Galianthrill et à sa famille. La famille prospéra alors, et devint richissime. L'ouvrage reçut le nom de Divine Écluse en raison des miracles qui avaient permis de mener à terme ce projet.

FONCTIONNEMENT DE LA DIVINE ÉCLUSE

 

Le magasin (1)
En plus de proposer aux marins et voyageurs de passage nourriture et boisson (voir ci-dessous), le clan propose aux aventuriers en tout genre de refaire un peu leur stock d'équipement. On y trouve donc de nombreuses fournitures comme des cordages, de l'encre, des rations, des outils d'excavations, des sacs, des vêtements, et beaucoup d'autres, à un prix raisonnable. Les nains du clan de l'écluse sont de grands adeptes du troc également.


La maison du clan de l'écluse (1)
La remise : On entrepose ici toute la nourriture et la boisson nécessaire au fonctionnement de la taverne.

La taverne de l'écluse : l'établissement est principalement visité par les marins, qui peuvent s'y détendre et se restaurer pendant qu'on monte ou qu'on descend leur embarcation. A ne pas rater la spécialité de l'établissement, le chtroudeul, une imposante assiette de cochonnailles aux algues fabriquées par les fermiers locaux. La taverne ouvre au lever du soleil et ferme en gros 3 heures après le coucher de celui-ci. L'établissement ne propose pas de lit, car tous les bateaux se débrouillent pour arriver à l'écluse de jours afin de passer d'un lac à l'autre rapidement, et les rares marins qui arrivent au coucher du soleil dorment dans leurs bateaux. La demande en lit est donc presque nulle.

La chambre de Galianthar et Diesa : c'est ici, au rez-de-chaussée, que dorment les deux nains gérants de la divine écluse.

L'étage : de taille plus modeste que le rez-de-chaussée, on y trouve 3 chambres. Celle des deux cousins Erbek et Gloïn, celle de Borik et de ses deux apprentis Veit et Ulfnar, et celle d'Idle, la fille de Galianthar.

 

L'atelier du charpentier (2)
Le charpentier nain Borik est le responsable de la maintenance de l'ouvrage, et il travaille dessus en permanence. Ce bâtiment toujours bien rangé est donc son atelier. C'est également lui qui reçoit toutes les fournitures en provenance de Laelith et qui sont ensuite stockés dans l'entrepôt. Borik a actuellement avec lui 2 apprentis qui travaillent aussi sur l'écluse et à qui il transmet chaque jours un peu de son savoir.

 

L'entrepôt (3)
C'est ici que sont stockées toutes les marchandises reçues de la cité sainte. Laelith pend en effet à sa charge tous les frais de maintenance de l'écluse, et envoie donc à ce titre tous les mois une quantité impressionnante de fournitures en tout genre. Les taxes perçues par les nains pour le passage sont donc juste une rétribution qui correspond au service d'exploitation qu'ils donnent. En fait, la divine écluse est un élément important pour l'économie de la cité, les deux lacs constituant la principale route commerciale de Laelith. Le pouvoir de la cité sainte se montre donc avenant avec les nains qui l'exploitent, craignant qu'un jour une colère naine ne leur fassent fermer les vannes, ou pire, saboter l'ouvrage.

 

L'escalier (4)

Il faut noter que de nombreux bateaux ne franchissent pas l'écluse, mais effectue seulement un transfert de leurs passagers et/ou de leur cargaison à cet endroit, un bateau du lac d'Altalith se mettant simplement d'accord avec un bateau du lac des Hautes Eaux pour arriver à l'écluse au même moment. L'écluse met alors à disposition un petit bateau pour monter ou descendre les passagers. Pour ceux qui ne veulent pas payer ou bien tous ceux qui préfèrent éviter de se retrouver suspendus en l'air, il y a, taillé dans la falaise, un escalier qui relie les deux pontons, celui du bas et celui du haut.

L'ascenseur: Afin d'éviter de devoir utiliser un petit bateau pour le transfert des passagers d'un lac à l'autre, un ascenseur est en cours de réalisation, utilisant le même principe que la grue. Il reste encore environ 6 mois de travaux avant qu'il soit opérationnel.

 

A quelques pas de l'écluse se dressent plusieurs bâtiments, tous construits en pierre et appartenant au même petit clan nain : le clan de l'Écluse.

 

La grue (5)

C'est l'élément essentiel de l'écluse, celui qui permet de faire monter ou descendre les navires. Seuls les bateaux mesurant moins de 20 mètres peuvent passer par l'écluse, et donc naviguer d'un lac à l'autre. Cette grue est actionnée par un système de contrepoids.

Le contrepoids: Une immense cloche de bronze, reliée par une chaîne à la grue, permet l'ascension ou la descente des bateaux. Pour l'ascension, on remplit d'eau cette cloche, et pour la descente, on la vide. Une vanne permet d'ouvrir une bouche dans l'écluse qui permet alors de remplir la cloche directement avec l'eau du lac des Hautes Eaux.

L'écluse: c'est ici que sont amarrés les navires à la grue. L'opération prend en général une demi-heure. L'ensorceleur gnome de l'écluse invoque de 2 à 4 élémentaires d'eau pour harnacher le bateau à l'aide de chaînes que l'ont fait passer sous les coques. L'ascension ou la descente prend ensuite en général pas moins de 15 minutes.

Les manivelles: Ces deux manivelles permettent de fermer ou d'ouvrir les deux vannes de l'écluse: le bateau entre, on vide l'eau en ouvrant la vanne du bas, puis le bateau est descendu, ou bien à l'inverse, le bateau est hissé, puis on ouvre la vanne du haut pour remplir le bassin d'eau.
 

La digue (6)

Cette avancée de terre d'environ 300 mètres permet aux navires d'échapper aux courants de la chute, en amont et en aval, et de les protéger des vents violents sévissant dans la région. Quelques milles avant les chutes, les navires commencent donc à se rapprocher de la rive sud des lacs pour rejoindre cette digue. De là, il faut compter une trentaine de minutes pour rejoindre l'écluse en toute sécurité. En effet, les embarcations doivent en premier lieu être amarrées, puis ensuite un des nains de l'écluse monte à bord pour prendre la barre du navire et le mener jusqu'à l'écluse sans encombre.

Les trois lucioles (7)

Ce sont trois importants portiques en bois installés sur la rive du lac des Hautes Eaux, espacés les uns des autres d'une centaine de mètres, et surmontés d'une cloche en verre. A l'intérieur de chacune d'elles une lumière magique clignote à intervalle régulier. Celles-ci ont pour but de guider les navires faisant route vers la divine écluse et de les avertir, de jours comme de nuit, de rapidement rejoindre la digue au sud pour éviter d'être pris dans les violents courants de la chute. Ces trois lumières ont été surnommées par les marins les "trois lucioles" en référence aux clignotements de ces insectes.

LA GROTTE DE JEBBEDO
Préférant s'isoler pour se consacrer à son art, Jebbedo Nackle vit dans une grotte à quelques centaines de mètres au nord de la divine écluse. Le gnome retrouve ainsi les souterrains de ses ancêtres, les gnomes des profondeurs. Sa grotte est rempli d'objets curieux et extravagants, à l'image de leur propriétaire vêtu en permanence de vêtements aux couleurs aveuglantes.


LA FERME DE SVEN
A deux kilomètres au nord de l'écluse, près du village de Borgnefesse, se trouve la ferme de Sven Olafsson. Celui-ci travaille maintenant exclusivement pour les nains du clan de l'Écluse qui l'ont chargé de fournir en denrées alimentaires et spécialités la taverne. Aidé de sa femme, de ses trois filles et de son fils, les activités principales de la ferme sont l'élevage de cochons et la confection de charcuterie à base d'algues. Sven cultive les terres servant à l'alimentation de ses porcs et abat les bêtes arrivées à maturité, sa femme nourrit les bêtes, et deux de ses filles fabriquent la charcuterie. Son fils quant à lui passe son temps sur la barque pour aller ramasser les algues au goût si particulier qui font la renommée du chtroudeul. Leur première fille, plus intelligente que la moyenne, a été prise comme apprentie par le gnome Jebbedo, l'ensorceleur de l'écluse. La ferme est modeste, mais les fermiers ne manquent de rien, les nains y veillent.

TARIF ET HORAIRE
En général il en coûte pour franchir la divine écluse 10 po par embarcation, plus une taxe de 1 po par personne, ce qui restreint la clientèle principalement aux petits navires de commerce, les seuls qui ont les moyens d'utiliser ce genre d'ascenseur. Le tarif est le même, soit 1 po par personne, pour les bateaux ne franchissant pas l'écluse mais n'effectuant qu'un changement de passagers ou de cargaisons.

Les horaires d'opération de l'écluse ne sont pas fixes, car on ne franchit la divine écluse que de jour. C'est pour cette raison que la plupart des horaires de départ des bateaux, pour les ports des deux lacs, sont calculés de manière à arriver à la divine écluse avant le couché du soleil, même ceux qui n'effectuent qu'un changement de passagers ou de cargaisons.
 

Retour

 

 

 

Texte & image: Casus Belli

Colorisation de l'écluse: Morgege
Mise en ligne : Syrinity

 

Téléchargement de la divine écluse