M

o

n

s

t

r

e

s

 

d

e

 

D

n

D

Monstres de DnD : La LEUCROTTA

[ Retour au choix ]

 


LEUCROTTA

Créature magique de grande taille

Dés de vie : 6d10+24 (57 pv)
Initiative : -1 (Dex)
Vitesse de déplacement : 15 m; escalade 6 m.
Classe d’armure : 16 (+1 Dex, -1 taille, +6 naturelle)
Attaques : morsure (+9 corps à corps)
Attaques spéciales : broyage
Dégât : morsure 1d8+6
Espace/Allonge : 1,50 m x 3 m / 1,50 m
Particularités :  immunités, imitation des sons, odorat
Jet de sauvegardes : Réf+6, Vig+9, Vol+2
Attributs : For 19, Dex 12, Con 18, Int 12, Sag 10, Cha 2
Compétences : Déplacement silencieux+3, Détection +8, Discrétion +1, Escalade +12. Fouille +3, Saut+8, Sens de la nature +8

Dons : Attaque en puissance, Esquive, Science de la charge à mains nues

Milieu naturel/climat : collines et montagnes tempérées

Organisation sociale: solitaire, paire ou meute (4)
Facteur de puissance : 4
Trésor : normal
Alignement : Toujours chaotique mauvais.
Évolution : 7-16 DV (taille G); 17-18 DV (taille TG).
 

Les leucrottas sont des créatures brutales et meurtrières qui hantent les étendues sauvages : suffisamment rusées pour se risquer à traquer les humains, elles sont cependant trop intelligentes pour le faire de façon habituelle.

Les leucrottas sont affreusement laides. En théorie, une créature ayant le corps et les pattes d'un cerf de 2,70 m de long, la queue d'un lion et le crâne triangulaire et portant bas d'un blaireau géant pourrait être une belle bête ou, du moins, ne pas être repoussante. La leucrotta n'a malheureusement même pas cette chance. Ses yeux animés d'une lueur rouge, sa peau luisante et repoussante de saleté, sa puanteur jusqu'à la nausée et les filets de bave qui dégouttent en permanence de sa gueule justifient assez bien l'immense répugnance qu'elles suscitent choc les autres créatures.

Les leucrottas vivent dans les régions désertes, loin de tout être civilisé qui se ferais un plaisir de les tuer, mais à proximité de territoires de chasse.

Les leucrottas peuvent dévorer des humanoïdes, mais leur préfèrent des proies dépourvues d'intelligence dont les parents ne chercherons pas à les venger. Poussées par leur propre penchant à la cruauté, les leucrottas ont tendance à détruire la faune d'une zone déterminée bien plus vite qu'elles ne peuvent s'en nourrir. Seuls les charognards véritablement maléfiques accepteront de se repaître de la dépouille d'une créature tuée par une leucrotta, à tel point que tous les animaux font de larges crochets pour éviter les dépouilles pourrissantes de leurs victimes.

Les leucrottas vivent leur obsession de massacre jusqu'à l'extrême. Même rassasiées, elles tuent le temps en imaginant des jeux cruels ou en attrapant des oiseaux en vol en leur sautant dessus depuis des rochers. Les druides es les rôdeurs, même ceux d'alignement mauvais, détestent les leucrottas pour les ravages qu'elles provoquent dans les rangs des autres animaux.

Les leucrottas parlent le commun, le draconique et le géant. Elles ont également une faculté étonnante pour imiter les voix. Un des jeux favoris des leucrottas consiste à se "repasser" les voix de leurs victimes, tout particulièrement celles qu'elles ont réussi à maintenir longtemps en vie.

 

COMBAT

Si elle peut choisir son terrain, la leucrotta préférera combatre près de falaises, de ravins et de gorges profondes. Elle tentera de prendre sa proie au piège le dos au vide, puis chargera pour la précipicer du haut du sommet.

Broyage (Est) : la gueule de la leucrotta contient des crêtes acérées d'os terriblement dur. Sur un critique, la morsure de la leucrotta inflige des dégâts triplés et force l'armure ou le bouclier de sa victime (jet de dés pour déterminer lequel des deux si cette dernière possède l'un et l'autre) à faire un jet (DD 16)pour ne pas etre déchiqueté (cf MdM, p. 135).

Immunités (Ext) : Les leucrottas sont immunisées contre les charmes (y compris les effets du sort amitié avec les animaux) et les effets magiques de type coercition, comme ceux provoqués par les sorts injonction et suggestion.

 

DANS LES ROYAUMES

Avant même de s'être alliées sous la bannière de Alustriel de Lunargent, les communautés dispersées des Marches d'argent respectaient certaines de nombreuses rêgles de protection mutuelle. La principale d'entre elles consistait à abattre les leucrottas à vue. Les demi-elfes, les rôdeurs, les adeptes de Mielikki, les chevaucheurs de licorne qui adorent Lurue et même les redoutables chasseurs oui vénèrent Malar tombèrent d'accord sur le fait que les leucrottas ne méritaient qu'une mort rapide. Pendant un moment, les primes versées à Lunargent et Everlund à quiconque rapportait les oreilles d'une leucrotta semblèrent suffire à régler la plupart des problèmes dans les régions infestées par ces créatures, mais au cours des quatre dernières années, les bêtes tant honnies ont refait leur apparition et dans des proportions sans précédent. Les rôdeurs connaissant les étendues sauvages disent que ce sont les mouvements des orques, en train de se masser dans les montagnes de l'Épine dorsale du monde, qui ont forcé les leucrottas à se déplacer vers le sud. Pour le moment, bon nombre de citoyens lambda se sont temporairement mués en aventuriers en ralliant divers groupes semi organisés destinés à traquer ces bêtes. Mais de véritables aventuriers, susceptibles de diriger ces groupes et d'empocher quiconque d'être tué, sont toujours les bienvenus et seront largement récompensés si leurs parties de chasse sont fructueuses.

Le retour des leucrottas à travers les Marches d'argent et la plus grande partie du reste du Nord a provoqué l'apparition d'un nouveau juron. Les humains, les nains et les demi-elfes du Nord disent désormais "leucrotta" à tout va, tout particulièrement dans les situations où la guigne transforme un bon plan en une mauvaise idée.
 

Retour

 

 

DnD 2009