L

e

s

 

L

o

i

s

 

m

é

d

i

é

v

a

l

e

s

 

L'esprit des Lois

[ Retour au choix ]


L'ordre du fief

 

Non et non Bzorg ! Bien que le mois s'y prête, je le sais, et bien que je sache que tu trouves ces choses pourvues de nageoires infectes je ne parlerai pas de poissons! Non, je ne parlerai pas de l'art de cuisiner un cuissot d'orque non plus. Rends moi ma plume et laisse moi céans informer ces pauvres aventuriers que je sens déjà baver d'impatience sur l'Ordre dans un fief...
Je sais que vous autres, pauvres hères perdus dans les méandres d'une vie chaotique et aventureuse considérez avec un profond mépris ce qui tient à l'ordre. Pourtant, sans ordre, point de fief, point de richesses, donc point d'aventures...

 

 

Nous avons détaillé, lors de notre dernière rencontre, le rôle joué par les soldats réguliers dans l'organisation d'un fief : surveillance et protection du territoire. Je développerai donc aujourd'hui (si Bzorg cesse de jouer avec ma plumeeee ) les façons de maintenir l'ordre et de faire respecter la Justice. Mais il convient tout d'abord de préciser qu'un fief, contrairement à une opinion couramment répandue chez certains maîtres de jeu, n'est pas un réservoir inépuisable ou poussent, comme blé en été, des masses inépuisables de solides troupes d'élite . Cette partie de l'ost médiéval est le plus souvent concentrée dans le château du Seigneur local. Nous aurons l'occasion d'en parler la prochaine fois. En attendant, c'est du guet, de la milice et des différents officiers que l'on peut trouver dans un fief que je vais vous entretenir.


Un seigneur, tout puissant qu'il soit, ne peut être partout à la fois dans son domaine. Il lui faut donc des auxiliaires qui lui serviront de bras et d'informateurs. Ce sont les officiers du Seigneur, issus le plus souvent des classes humbles. Ils bénéficient de nombreux avantages (solde importante , responsabilités,...) qui assurent leur dévouement à l'autorité seigneuriale.
Ces officiers commandent des troupes armées, pour mener à bien les missions qui leur sont confiées par le Seigneur. Ce sont le guet, la milice et les gardes forestiers.

LE GUET
Il est essentiellement composé d'hommes du crû. En effet, chaque home vivant sur une terre appartenant à un seigneur doit à celui ci un service armé. Selon le seigneur et la taille du fief, les durée et modalités de ce service varient. Un noble peut par exemple fixer une période de 4 mois de service tout les deux ans, et ceci pendant dix années. Le seigneur assure à ces homes une formation militaire qui dure quelques mois, formation assurée par des soldats réguliers. Ces homes constituent les forces du guet, ils sont dirigés par des capitaines, issus de la garde régulière, qui ont sous leurs ordres des Sergents, issus des rangs et remarqués pour leurs aptitudes. Ceux ci bénéficient d'avantages, de par leur position, qui assure leur loyauté au Seigneur local.
Le guet doit remplir deux missions distinctes : tout d'abord donner une réplique musclée aux fauteurs de troubles, et approvisionner une justice parfois expéditive et volontiers spectaculaire en 'matière première' par essence périssable (jusqu'à preuve du contraire, un condamné à mort ne sert qu'une fois...). Ils jouent aussi un rôle économique puisqu'ils sont chargés d'assurer la relève des taxes et impôts divers fixés par le Seigneur.
Dans le premier cas, ils sont le plus souvent affectés dans un lieu particulier, une ville ou une région et assurent la sécurité sous les ordres de leur officier: le Voyer. Celui ci, établi sur place, est à même d'estimer le montant des taxes en nature dues par les paysans et les artisans du coin. Il travaille parfois en collaboration avec le Bailli, bien qu'il soit plus souvent en concurrence avec celui ci, ses pouvoirs ne lui permettant pas de rendre la justice. Il a seulement un rôle informatif, et cacher trois ou quatre cochons à l'officier du guet est autrement plus difficile que de les soustraire au regard du Seigneur, qui ne passe que fort rarement. Avec ses hommes, le Voyer a le droit de perquisitionner; pour cette raison, il est peu aimé par la population.
Dans le deuxième cas, le guet est au service d'un prévôt. Celui ci est chargé par le Seigneur de collecter les taxes. C'est un officier administratif, qui centralise les revenus du domaine qu'il contrôle, mais qui peut aussi, s'il est en dehors de la juridiction d'un Bailli, rendre la justice. Le prévôt travaille avec le Voyer, qui lui indique les taxes a prélever. Lorsque le village est trop petit ou isolé et qu'il ne possède pas de Voyer, c'est le prévôt lui même qui perquisitionne et fixe le montant des taxes a prélever.
En termes de jeu, les hommes du guet sont le plus souvent des combattants du 1er niveau, menés par des sergents du 3ème niveau environ, et commandés par des capitaines plus expérimentés (5ème niveau). Les prévôts ainsi que les Voyers n'ont guère de fonctions militaires (ils peuvent être considérés comme des combattants du 2ème ou 3ème niveau). Selon le fief, le guet peut comprendre un ou deux lanceurs de sorts peu expérimentés. Les hommes du guet sont armés de piques ou de lances, et portent au maximum une armure de cuir.
Dans un fief, les hommes du guet représentent environ 5% de la population mâle active de la région. Les 2/3 environ sont assignés dans un domaine, tandis que les autres accompagnent les prévôts dans leurs levées.
 

LA MILICE
Elle est composée d'hommes habitant la ville ou le village même. Ce sont le plus souvent des hommes qui ont été formés par le service armé, et qui se relayent dans leur propre localité pour assurer sa sécurité. Les membres de la milice bénéficient d'allégements sur leurs taxes. Ils sont sous les ordres directs du Bailli. Celui-ci est un officier appointé par le Seigneur. Il a pour mission de rendre la justice dans son domaine. Si sa juridiction est trop petite, son domaine s'étend sur plusieurs villages, et il dirige alors une petite milice d'hommes pris dans chaque village.
Le rôle des miliciens est de prévenir les troubles, plutôt que d'avoir à les guérir. Appartenant aux localités même, ils sont très vite et très bien informés. En cas de problèmes graves, et de combats violents, le Bailli a le droit d'en appeler au guet, souvent mieux armé et plus entraîné au combat coordonné. C'est le Bailli qui peut, s'il le juge utile, réquisitionner des habitants pour effectuer des travaux d'utilité collective (réparation de remparts, édifications de murs de défenses, réparations diverses...).
Dans les cités libres (qui n'appartiennent à aucun seigneur), les fonctions du Bailli sont détenues par les échevins, plus ou moins nommés par la population. Ils représentent alors le droit populaire, et leurs fonctions relèvent à la fois de l'administration et de la justice. Le plus souvent, leur cité est alors capable de louer les services de mercenaires qui remplissent l'office du guet en ce qui concerne la protection de la ville.
Dans tous les cas, la milice est toujours présente, pour prévenir les troubles, et veiller sur la sécurité de ses concitoyens.

Les forces de la milice représentent environ 10% de la population mâle active de la localité.
Elle est composée de combattants du 1er niveau environ. Leur armement varie car il est rare que la cité ou le village puisse leur payer des armes. Par conséquent ils fournissent celles-ci eux-mêmes. Ils n'ont pas un très bon moral en combat (n'ont-ils pas femmes et enfants, qui, au moment de la bagarre, leur semble plus importants que la sécurité de la ville...), et quand les choses tournent mal, en appellent rapidement au guet.

LES GARDES FORESTIERS
Ce sont des soldats issus du guet mais spécialement affectés à la garde des forêts. Cette garde n'a pas de motifs écologiques, non point, mais plutôt des motifs plus égoïstes. En effet, les forêts, dans un fief, sont les lieux qui abritent le gibier, qui est à la base de l'approvisionnement des nobles. Par conséquent, ce gibier doit être protégé et son milieu sauvegardé. Dans cette optique, le Seigneur appointe un officier, un Forestier, à la garde de ses chasses privées. Celui ci a la responsabilité du gibier, et doit traquer sans pitié les braconniers, qui enlèvent la pitance de la bouche des nobles. Pour l'aider dans cette tâche ardue, le Forestier dispose d'hommes d'armes et de pisteurs. Établis dans des maisons forestières, les gardes forestiers patrouillent régulièrement leur domaine. Nul ne peut séjourner dans la forêt sans l'approbation du Forestier, approbation qui s'accompagne souvent d'une forte taxe. Les lois sont strictes et sans appels. Le braconnage est très sévèrement puni. Les paysans n'ont le droit de ramasser que du bois mort, à condition bien sur de payer ce droit ! Le Forestier répond de la sécurité de la forêt, le plus souvent sur sa vie, car si le Seigneur vient a être agressé sur ses propres terres par des intrus non détectés... Pour cette raison, la justice des Forestiers est le plus souvent sommaire, expéditive et efficace. Après tout, il faut bien les comprendre ! Il y va de leur vie tout de même !

Les patrouilles de forestiers sont composées de combattants du 1er niveau, issus du guet, et sont dirigées par des sergents du 3ème niveau environ. Le Forestier lui même est le plus souvent un ranger du 6 ou 7ème niveau. Tous ces hommes sont capables de suivre et de détecter les pistes, et peuvent être accompagnés d'un ou deux autres Rangers, ainsi que d'un lanceur de sort. Une patrouille comprend une demi douzaine d'hommes et un sergent. Ils utilisent des arcs et des épées, et portent généralement des armures de cuir, peu encombrantes.
Voila, vous en savez maintenant autant que moi (et certainement plus que Bzorg... Aieeee ! il m'a mordu ! sale bête !...). Notre prochain, et avant dernier chapitre concernera le château lui même, sa défense, ses habitants, son Seigneur, si souvent cité mais jamais décrit. Le dernier chapitre, enfin, nous parlera des aspects sociaux du fief (ses artisans, ses catégories socioprofessionnelles, etc...).
Alors, si après cela vous souhaitez me voir aborder un autre sujet particulier... vite, adressez nous une missive et si Bzorg ne la jette point au feu a son arrivée, Eloi, votre serviteur, tentera de vous donner satisfaction...

 

Retour

 

 

 

 

DnD 2005

Merci au Farfadet