L'hospitalier(classes de prestige) [ Retour au choix ]

 

Classe venant de : Les Gardiens de la Foi

 

  Il est du devoir des chevaliers hospitaliers de protéger les personnes qui entreprennent un pèlerinage religieux. Au fil du temps, leurs missions se sont diversifiées et les hospitaliers se sont consacrés à la construction et l'administration d'hôpitaux et de refuges pour les nécessiteux.
   Les hospitaliers constituent une force militaire par nécessité. Chacun fait vœu d'obéissance et de pauvreté, se dévouant corps et âmes à la défense de ceux dont il a la garde.

Un Hospitalier fait partie de l'Ordre des Hospitaliers. Ce sont des Prêtres combattants qui participent aux guerres et conflits, apportant la Parole de leur Dieu et soignant les blessés et les malades. Ils sont organisés en une hiérarchie stricte qu'ils suivent aveuglément. Les titres sont : Initié, Hospitalier, Maître Hospitalier. Ils dépendent du Grand Maître Hospitalier.
L'Ordre des Hospitaliers a été fondé en 550 par Edouard de Monaltier, un prêtre de Héronéus. A cette époque un important conflit opposait l'Empire aux Royaumes Orques. Ces derniers envahissaient les terres impériales. Durant la guerre, une province fut isolée du reste de l'Empire par l'avancée des armées orques. La résistance s'organisa de manière très efficace et c'est grâce aux compétences d'Édouard, tant en logistique qu'en stratégie militaire, que la province tînt bon. Il organisa les prêtres présents et leur fourni un entraînement et une discipline martiaux rigides. Les meilleurs constituèrent les premiers membres de l'Ordre. La présence de cette province, libre au sein des conquêtes orques, constitua le point faible de cette invasion qui fut enrayée.

L'Empereur voulu récompenser Édouard et lui proposa la gestion de

 la province. Mais ce dernier refusa et préféra que son Ordre soit officialisé. Depuis il n'a cessé de grandir et de nombreuses Hospitaleries ont été construites.
Pendant la Grande Guerre, les Hospitaliers sont restés fidèles à l'Empire jusqu'à ce que l'Empereur fasse des exactions contre les prêtres de Pelor. A partir de ce moment ils décidèrent de se retirer du conflit et annoncèrent que leurs Hospitaleries deviendraient des asiles pour tous ceux qui seraient blessés. Un jeune général impérial eut la folie de vouloir prendre d'assaut l'une de ces Hospitaleries. Il capitula quand il se retrouva face à une résistance acharnée et devant le refus d'une partie de détruire ce lieu ou des soldats impériaux étaient soignés.
Après la guerre, les actions des Hospitaliers durant celle-ci leur ont permis d'être acceptés dans tous les nouveaux royaumes où leurs Hospitaleries étaient présentes.

Les PNJs hospitaliers voyagent souvent en groupe, escortant les pèlerins le long de leur chemin vers les sites sacrés de leur foi. Certains défendent les hôpitaux de leur ordre ou assurent la protection de reliques sacrées ou de lieux saints. Ils ne s'abandonnent que rarement aux quêtes et aux aventures, mais sont toujours prêts à partir à la rescousse de pèlerins en danger ou en reconquête de lieux et d'objets saints souillés par les hérétiques et les incroyants.

Dé de vie : D8

 

Conditions

Pour devenir hospitalier, il faut satisfaire aux conditions suivantes :

 

Bonus de base à l'attaque: +4.

Alignement : Aucun chaotique.
Équitation : 5 degrés de maîtrise.
Dressage : 5 degrés de maîtrise.
Dons : Combat monté, attaque au galop.

 

Compétences de classe:

Les compétences de l’hospitalier (et la caractéristique dont chacune dépends) sont: Artisanat (Général) (INT), Concentration (CON), Connaissances (Religion) (INT), Diplomatie (CHA), Dressage (CHA), Équitation (DEX), Premiers Secours (SAG), Profession (Général) (SAG),

 

Ponts de compétence chaque niveau additionnel : 2 + modificateur d'INT


Cumul de classe : un Paladin peut librement prendre des niveaux d'expérience en tant qu'Hospitalier sans pour autant perdre son statut de Paladin.

 

Table : l’hospitalier

 

Niveau

Bonus de base

Spécial

Niveau supplémentaire

à l’attaque

Réflexes

Vigueur

Volonté

1

+1

+0

+2

+0

 Renvoi des morts-vivants, imposition des mains

+1 niveau lanceur

2

+2

+0

+3

+0

-

+1 niveau lanceur

3

+3

+1

+3

+1

Guérison des maladies,

don supplémentaire

+1 niveau lanceur

4

+4

+1

+4

+1

-

+1 niveau lanceur

5

+5

+1

+4

+1

Don supplémentaire

+1 niveau lanceur

6

+6 / +1

+2

+5

+2

-

+1 niveau lanceur

7

+7 / +2

+2

+5

+2

Don supplémentaire

+1 niveau lanceur

8

+8 / +3

+2

+6

+2

-

+1 niveau lanceur

9

+9 / +4

+3

+6

+3

Don supplémentaire

+1 niveau lanceur

10

+10 / +5

+3

+7

+3

-

+1 niveau lanceur

 

Particularités de la classe

Voici les particularités et aptitudes de la classe de l'hospitalier :

 

Armes et armures : L'hospitalier sait manier toutes les armes courantes et de guerres ; il maîtrise toutes les armures et les boucliers.

 

 Sorts. Un hospitalier qui était autrefois un lanceur de sorts divins poursuit sa progression parallèlement à l'acquisition de ses nouveaux pouvoirs. Aussi, lorsqu'il gagne un niveau d'hospitalier, le personnage acquiert les mêmes sorts que si ce niveau venait en plus de ceux qu'il avait dans sa classe de jeteur de sorts divins (à noter qu'il ne gagne aucun des autres avantages accompagnant ce niveau virtuel, tels qu'une meilleure chance de renvoyer ou d'intimider les morts-vivants, un Châtiment du mal plus efficace, etc…). Autrement dit, il ajoute son niveau d'hospitalier à celui de sa classe de lanceur de sorts divins pour déterminer le nombre de sorts auquel il a droit. Par exemple, si Alhandro, un paladin de 8e niveau, gagne un niveau d'hospitalier, il acquiert le nombre de sorts par jour d'un paladin de niveau 9, mais utilise, pour tous les autres aspects de sa progression (bonus de base à l'attaque, jets de sauvegarde), la table des hospitaliers. Si, par la suite, il décide de gagner un niveau de paladin (ce qui fait de lui un paladin 9e niveau/hospitalier 1er niveau), Alhandro obtiendra les sorts divins d'un paladin de 10e niveau.
 Si un personnage disposait de plus d'une classe capable de lancer des sorts divins avant de devenir un hospitalier, le joueur devra choisir à quelle classe assigner chaque niveau d'hospitalier afin de déterminer les sorts divins auxquels il a droit.
 Imposition des mains (Mag). Un hospitalier peut refermer des blessures d'un simple contact. Ce pouvoir fonctionne exactement comme celui d'un paladin. Les niveaux de paladins déjà acquis se cumulent à ceux d'hospitalier pour déterminer la puissance d'imposition des mains.
 Renvoi/intimidation des morts-vivants (Sur). Il acquiert le pouvoir surnaturel de renvoi des morts-vivants. Chaque jour, il peut s'en servir un nombre de fois égale à 3 + son modificateur de Charisme. Les niveaux acquis dans d'autres classes possédant le pouvoir de renvoi sont pris en compte pour la détermination du niveau effectif du renvoi.
 Guérison des maladies (Mag). Un hospitalier ayant atteint le 3e niveau peut lancer Guérison des maladies exactement comme un paladin. Les niveaux de ces deux classes sont cumulés pour déterminer la fréquence de ses guérisons.
 Dons supplémentaires. Aux niveaux indiqués
sur la table 3-7, l'hospitalier peut choisir un don supplémentaire parmi la liste qui suit : Arme de prédilection*, Arme en main, Attaque en puissance (Destruction d'arme, Enchaînement, Science de la charge à mains nues, Succession d'enchaînements), Attaques réflexes, Botte secrète*, Combat à deux armes (Science du combat à deux armes), Combat en aveugle, Combat monté (Attaque au galop, Charge dévastatrice, Piétinement, Tir monté), Esquive (Attaque éclair, Souplesse du serpent), Expertise du combat (Attaque en rotation, Science du croc-en-jambe, Science du désarmement), Maniement des armes exotiques*, Science de l'initiative, Science du combat à mains nues (Parade de projectiles, Uppercut), Sciences du critique*, Spécialisation martiale*, Tir à bout portant (Tir de loin, Tir de précision, Tir en mouvement, Tir Rapide).
 Certains de ces dons ne peuvent pas être choisis tant que l'hospitalier n'a pas pris celui dont ils découlent. Dans ce cas, les dons secondaires sont indiqués entre parenthèses après le don principal. Les dons signalés par un astérisque (*) peuvent être choisis plusieurs fois, mais pour une arme différente à chaque fois. Le personnage doit satisfaire toutes les conditions requises pour chaque don, y compris les valeurs de caractéristiques et les bonus à l'attaque minimaux.
 Note : ces dons viennent en plus de ceux que n'importe quel personnage acquiert tous les trois niveaux. Lorsqu'il choisit un des dons auxquels tout le monde a droit, l'hospitalier n'est pas limité à la liste ci-dessus.


 Code de conduite. L'hospitalier fait vœu de pauvreté et d'obéissance. Il jure également de protéger ceux dont il a la charge. Les hospitaliers ne vivent pas dans la misère, mais ils partagent entre eux leur fortune, avant de donner le superflu à l'ordre. Leur vœu d'obéissance n'implique pas la sujétion à un quelconque statut social ; il s'applique selon la position de chacun au sein de l'ordre, une position qui peut évoluer selon les circonstances. Ainsi, quelle que soit leur place dans la hiérarchie, les hospitaliers doivent obéissance au chef de l'établissement qui les accueille. Les hospitaliers doivent être prêts à sacrifier leur vie pour protéger les pèlerins ou les hospices de l'ordre, mais sans faire preuve de témérité ou d'inconscience.
   
 Note de multiclassage. Un paladin qui adopte la classe d'hospitalier peut continuer sa progression en tant que paladin.
 L'hospitalier peut se multiclasser, mais il doit s'accommoder de la restriction suivante : s'il change de classe ou s’il gagne un niveau dans une classe, autre que celle du paladin, qu'il possédait avant de devenir hospitalier, il ne pourra plus jamais progresser dans la classe qu'hospitalier. IL conserve toutefois les pouvoirs acquis jusque-là. La voie de l'hospitalier, tout comme la voie du paladin, exige une grande constance. Si jamais on en dévie, il s'avère impossible d'y revenir !

 

Ancien Hospitalier:

Un hospitalier devenant chaotique ou bafouant le code de conduite des hospitaliers perd ses pouvoirs et ses sorts et ne peut plus progresser en tant qu'hospitalier. Il récupère ses pouvoirs s’il fait acte de contrition.